Et si on apprenait à dire « j’ai ENVIE » à la place de « Il FAUT » ?

Dernière mise à jour : 15 sept.



Sauriez vous me dire combien de fois par jour vous entendez dire autour de vous « il faut » ? Je suppose bien plus que vous ne le croyez.


Lors de mes accompagnements, j’ai observé à plusieurs reprises des personnes qui arrivaient avec une liste de choses qu’elles me disaient « FALLOIR faire » et qui repartaient avec des choses, parfois même les mêmes, qu’elles me disaient avoir « ENVIE de faire ». Et ça change absolument tout ! Parce que quand notre tête nous dit que nous DEVONS faire quelque chose, nous avons beau le savoir, si nous n’avons pas la motivation pour le faire, nous risquons de procrastiner, voire même de ne jamais le faire. En revanche, lorsque que nous avons envie, nous nous sentons animés d’une force intérieure qui nous attire vers l’action que nous voulons mener. C’est en effet « par l’émotion que nous passons à l’action ». Pour preuve, nous aurons beau faire un tableau « des Pour et des Contre », si nous ne le « sentons pas », nous n’allons pas y aller. Autrement dit, le rationnel ne peut pas avancer sans l’émotionnel.


Certains me diront : « le problème c’est que nous n’avons pas toujours le choix ». Certes, nous ne maitrisons pas tout notre environnement. En revanche, face à une situation, nous pouvons agir de plusieurs manières et si à chaque option que nous choisissions, nous disons « j’ai envie de » , nous prenons conscience pourquoi nous avons fait tel choix, et nous le faisons avec plus d’entrain et donc plus de résultats.


Aujourd’hui, je suis impressionnée par le nombre de personnes qui à la question « comment tu te sens », commencent leur réponse par « je me dis que » ou « je pense que… ». Autrement dit, ils ne cessent de faire parler leur tête à la place de leur cœur et de leur corps. Comme si le cortex était omniprésent.

Et je comprends pourquoi en observant que les enseignements que nous apprenons à l’école sont très orientés sur le savoir, mais très peu, voire pas du tout, sur le savoir-faire, et encore moins le savoir être. Pourtant, je constate que ce sont ces 2 dernières compétences qui font la différence en entreprise. N’est-ce pas ?


Personnellement, j’aime demander à mes enfants quand ils se couchent quel a été leur meilleur moment de la journée. Ainsi, ils s’endorment en pensant à du positif, je découvre ce qu’ils aiment et ils apprennent à être à l’écoute de leurs envies.


Ainsi, essayons d’être plus réceptifs à notre cœur, ce qui nous fait vibrer, ce que nous faisons naturellement avec enthousiasme, sans voir le temps passer, et ne laissons pas plus de place à notre tête qu’elle n’en demande. Le simple fait de commencer par dire « j’ai envie de » à chaque fois que vous êtes tentés de dire « il faut » est un premier pas !


Alors, qu’avez-vous envie de faire cette semaine ? 😊